7/16/2009

KZ Ljublj (Loibl-Pass) camp Nord & Sud




 A la découverte du camp de déportation de Ljublj (Loibl Pass). Ce double Camp était à cheval sur la Frontière entre l'Autriche et la Slovénie (Yougoslavie de l'époque). La fonction de ce double Camp était de percer un Tunnel sous les montagnes des Karawanken dans le but d'ouvrir une route vers le sud des Balkans (axe important pour l'Allemagne Nazi).

Film de Jean René Chauvin

(il y a une intervention d'André Lacaze dans ce le film)




Vues intérieures du Tunnel
(opération d'étaiement & déblaiement de gravats coté Autrichien)
Sources : Janko Tisler



 001


002

Les deux camps portent la dénomination de 
Loibl Pass Nord (Autriche)
Ljubelj Sud (Slovénie) 



  Carte


003



******************


004

Le tunnel / André Lacaze. Paris : Julliard, 1978
Réedition :

Edition  Julliard (1er Octobre 2000)
en Français
ISBN-10 :  2260015689
ISBN-13 : 978-2260015680

André Lacaze




Né le 30 septembre 1918
Mort le 19 Juillet 1986



005

André Lacaze
A la rédaction de Paris Match


006

André Lacaze
qui dédicace de son livre


007



André Lacaze
 Devant un baraquement du Jjubelj
Sources : film de Jean René Chauvin


008


****************** 

Le Livre de  Janko Tisler & Christian Tessier
"De Mauthausen au Ljubelj" (Loibl Pass)
Editions l'Harmattan



Janko Tisler et Christian Tessier
sur ces photos.



******************

Nouveau Livre !

Le Livre de  Christian Tessier & Daphné Dedet
"Du Loibl-Pass à la Brigade Liberté".


009


Le site pour trouver le livre, et les nombreuses références et documents sur le Camp Loibl-Pass, mais également le suivi des événements & commémorations.

Du Loibl-Pass à la Brigade Liberté.

Ce livre est pour moi la meilleur synthèse des livres que j'ai pu lire sur le sujet. A mon sens, toute personne cherchant à connaître l'histoire de Ljubelj (Loibl-Pass) devrait commencer par cet ouvrage, qui fait référence maintenant. 
La qualité d'écriture rend magnifiquement hommage aux Déportés qui avant tout étaient des Hommes. Mais également, à toutes ces personnes de Slovénie, ou du chantier qui ont pu à leur manière, et durant toute cette période, ouvrir leurs bras et leurs coeurs à ces Hommes loin de chez eux.
Je pense que ce livre restera comme l'un des piliers du combat contre l'oublie.
Notamment, grâce à sa mise en page exceptionnelle, qui permet de lire les annotations et de découvrir les photos, au fûr et à mesure que l'on avance dans la lecture. Cela offre une bonne manière de comprendre l'essentiel des deux camps et de réaliser, au combien cette Brigade de la Liberté à jouer un rôle important, ne serait-ce que pour redonner une fierté aux Déportés, que les Allemands souhaitaient détruire par les pires humiliations.


Un grand Merci aux Auteurs....


******************


Autres livres et références


  Karawanken, le bagne dans la neige
Gaston G Charlet aux éditions Rougerie 1955 - 192 pages
Epuisé 


010


Le ver luisant
De Louis Balsan Gaignault Editeur 1973 - 147 pages 
Sources : Famille Balsan

011



******************

Camp Nord (Autriche)

Plan Schématique du camp Nord


012

Vue aérienne du camp Nord





013



Panneau sur camp Nord



014


Panneau de commémoration
positionné près de l'ancien
poste de péage Autrichien
Il est à noter qu'il aura fallu près de 50 ans
aux Autrichiens, pour valoriser ce site de mémoire...
Il reste à faire le travail de collecte de photos et de documents pour que la mémoire puisse dépasser la commémoration...

Mais, des progrès sont notables et tout ces efforts seront les bienvenus..

Ancien Camp de concentration de Loibl Pass (Camp Nord)


le Tunnel de Loibl Pass fût construit comme liaison routière d'importance stratégique de 1943 à 1945 par les détenus du Camp de concentration. Au Nord et au Sud du Loibl furent installés des commandos du Camp de concentration de Mauthausen.
Quelques milliers de détenus de Nationalité différente furent ici soumis à la terreur nazi. Beaucoup d'entre eux y furent victimes des travaux forcés inhumains, de fusillades, d'homicides et d'euthanasie. Les détenus qui réussirent à s'évader, se rallièrent au mouvement des résistants partisants (Yougoslave).
La majeure partie des détenus astreints au travail forcé furent des Français. mais on déporta dans les Camps de Loibl Pass aussi des détenus venant d'Ex-Union Soviétique, de Belgique,de l'Ex-yougoslavie, de Hollande, de Pologne, d'Italie, du Luxembourg, d'Autriche, d'Espagne, d'Allemagne, de Grèce, d'Algérie, de Norvège, et de l'Ex-Tchécoslovaquie.
Cette Plaque commémorative placée ici cinquante ans plus tard est un appel à ne pas oublier.





Camp nord depuis les bâtiments des gardes
 (Au dessus on aperçoit les baraquements du camp des déportés)



015
Sources : Amicale de Mauthausen


016
Sources : Janko Tisler

Camp Nord démoli à la sortie de la guerre

  
017
 


018



019
Sources : Janko Tisler 



Camp Nord depuis la coursive gauche des miradors
(partie haute)


 020


021
Sources : Famille Balsan



Tunnel coté Nord
(après guerre, 1945)




022

 
023
******************

Camp Sud (Slovénie)

Camp Sud depuis la route qui monte au Tunnel
(partie haute)
après la guerre

 024
Sources : Amicale de Mauthausen

  
025
Sources : Amicale de Mauthausen


Camp Sud depuis la route qui monte au Tunnel
(partie basse)
Sources : Amicale de Mauthausen

 026


  027

Tunnel coté Sud
Sources : Amicale de Mauthausen
 
 
028

029


Tunnel coté Slovéne
(après guerre)

 en 1963

 030

 en 1964

031

032



Stèle de commémoration en Slovénie
Sources : Amicale de Mauthausen


033


Dernière mise à jour le 30 Aout 2016

13 comments:

  1. je viens de relire le tunnel..

    toujours aussi poignant et bien ecrit.

    il donne envie d'aller a tzric.. pour se souvenir

    ReplyDelete
  2. je voudrais féliciter M. André Lacaze, pour sont merveilleux livre (le tunnel) ! bob8888@hotmail.fr

    ReplyDelete
  3. je connais le livre par coeur mais je n'avais jamais fais de recherches pour en trouver des images.
    merci pour ce site et ces photos qui permettent de perpetuer le souvenir de ce kommando, satellite du KLM, que peu de gens connaissent.
    stephane

    ReplyDelete
  4. Je rentre de Slovénie ou 30 ans après avoir lu et relu le "Tunnel", je voulais voir les lieux de gamberge de Paulo Chastagnier !
    Tout y est et on n'a aucun mal à imaginer le camp où une rangée de sapins remplace les barbelés. J'ai même cru voir le sentier qui part du ravin et monte dans les Karawanken ... peut être un excès d'imagination. Merci pour les photos présentées qui complètent la documentation . J'ai vu également des photos oubliées relatant la libération du camp. Je suis "preneur " de toutes information dont vous disposeriez et notamment d'une liste de déportés. je recherche l'un d'eux qui est de ma ville Bourges. Il faudrait vraiment plus diffuser cette histoire du kommando X. Bravo

    ReplyDelete
  5. Je complète mon commentaire précédent par deux remarques : la première concerne les archives sur Loibl , avec le film "un tunnel pour le Reich " d'Anice Clément, très intéressant et avec des photos peu connues. la seconde remarques concerne la suite de ce tunnel. Comme il y avait deux camps, on voit très nettement la philosophie qui se cache derrière le "traitement" du souvenir : du coté slovène , un monument, un musée , l’emplacement du camp conservé et documenté. Du côté autrichien, ce n'est qu'en 1995 que modestement , une équipe a remis à jour les fondations du block sanitaire et fait des fouilles depuis lors. l'ensemble du camp a complètement disparu et seul un panneau en quatre langues vient rappeler ce qu'il y avait à cet endroit. Il faut également savoir que dans les années 50, la réhabilitation du tunnel a été fait par la même firme qui a utilisé des esclaves pour les percer: L'universal, laquelle n'a jamais versé la moindre compensation aux déportés. La société a été gagnante dans les deux cas . Le docteur Ramsauer, condamné à perpétuité par un tribunal international a été libéré par les Autrichien après 10 ans et nommé chef de service à l'hôpital de Klagenfurt. Il n'y eu qu'une seule condamnation à mort chez les SS, tous les autres ont repris une vie normale en Autriche et touché leur pension selon toute vraisemblance . Bref, de la même manière que les camps d'Ebensée et de Gusen sont soigneusement cachés au public aujourd'hui (plus exactement ils ont été radé et enfoui sous la végétation, Loibl pass est devenu invisible pour les Autrichiens (qui se sont prétendus victimes des nazis en 45). Évidemment les générations actuelles ne sont en aucun cas responsables de cette mémoire courte et de cette hypocrisie mais il est bon parfois de savoir sur quels mythes les pays échafaudent leur histoire et sur quels mensonges, la France ne faisant pas exception;

    ReplyDelete
  6. Merci pour ce rappel historique de la part de " HOYEZ ", je suis subjugé par cette histoire , le livre d'André LACAZE est un vrai livre de chevet, je partage , de façon livresque, la vie des déportés depuis 20 ans , au moins 1 fois par an. J'ai réussi , comme semble t-il beaucoup de gens à me transporter dans cet enfer qui me boulverse à chaque fois.
    Merci de faire vivre la mémoire de tous ces pauvres gens , qu'aurions nous fait à leur place? Voilà , une vraie question... pour ma part je n'ai pas de réponse , même si j'avais eu le choix , le costume de Joël ou Dédé m'aurait bien intéressé, oui mais après , c'est facile de choisir...

    ReplyDelete
  7. Merci pour ce site qui se préoccupe d'un Kommando complètement oublié ou presque... Sauf d'un groupe d'irréductibles qui viennent chaque année. Effectivement, l'Autriche n'a pas à coeur de perpétuer la mémoire du lieu. Heureusement que ce n'est pas la même chose côté slovène !

    ReplyDelete
  8. Je viens de lire "le tunnel" d'André Lacaze. Je le recommande à tous. Il n'est pas écrit comme les autres livres traitant de la déportation. J'en ai lu énormément, j'ai une bonne collection dont tous les Bernadac. Ce témoignage là est écrit de façon tout à fait différente. Il est parfait.

    ReplyDelete
  9. Merci à tous pour vos encouragements. Ce sujet assez ancien sur le Blog garde un intérêt et le Livre de Lacaze est remarquable parmi les autres tout aussi important. Je vous invite à compléter vos lectures en lisant également les livres cités plus haut .
    Merci encore

    ReplyDelete
  10. Et bien , voilà, pour des raisons professionnelles au Monténégro, je rentre en France , mais comment imaginer que je ne choisirais pas la route du Nord qui va me permettre d'emprunter la route " 333 " pour enfin voir ce " TUNNEL " , tant imaginé dans ma tête. Je me devais d'aller m'incliner sur ce lieu où tant de Français ont souffert pendant de longs mois. Je vais essayer de respirer cet endroit, je voudrais , non pas le visiter mais je souhaite plutôt, me recueillir, écouter mon imaginaire , m'imaginer et surtout finalement, observer ce même paysage que tous ces gens ont pu voir au cours de cette déportation et qui sait , peut-être, comprendre mieux, non pas la folie des hommes mais plutôt ce que ces déportés ont pu ressentir. Après cela , je serais un homme apaisé... CARPE DIEM

    ReplyDelete
  11. Merci à l'auteur de ce blog pour sa gentillesse. Nous sommes touchés qu'il ait tant apprécié notre livre, à qui nous avons donné le meilleur de nous-mêmes ! En ce qui concerne la dernière réflexion d'Yves, j'ai envie de vous dire "Alllez-y"... L'entrée dans ce tunnel est une expérience très pénible mais je crois qu'il faut la vivre. Pour respecter la mémoire de tous ceux qui y sont morts !

    ReplyDelete
  12. Voilà, c'est fait, j'ai vu , j'ai respiré, j'ai essayé de ressentir cette atmosphère si particulière de cet endroit ( le camp SUD ). Je crois avoir eu beaucoup de chance, en effet , personne sur le site aussi j'ai pu parcourir le camp comme je le souhaitais. Quelle sensation extraordinaire presque " gênante " de marcher sur ce sol en pensant à ce qu'ont pu et du vivre les déportés au même endroit 70 ans plus tôt...
    Tel que je l'avais souhaité, j'ai pu me recueillir , penser à tous ces hommes qui ont tant souffert, j'avoue avoir été très surpris par la taille , relativement petite du camp.
    Tel que je l'imaginais dans mon commentaire du 14/10 , je suis maintenant un homme apaisé mais aussi très heureux d'avoir pu voir cet endroit , j'ajoute que ne n'ai pas souhaité prendre de photos, je souhaite que ma mémoire soit active et me donne une image beaucoup plus fidèle afin de rester dans l'émotion...

    ReplyDelete
  13. Yves, on ressent bien votre charge émotionnelle au travers du commentaire. J'ai indiqué dans le blog les références du livre de Christian et Daphné... Je vous conseille cette lecture car il s'agit d'un ouvrage de référence.
    Merci pour vos commentaires
    Serge

    ReplyDelete